Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5587 du jeudi 17 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

AVIS ET ANNONCES
la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, lance pour le compte de ladite société, un avis a manifestation d’intérêt pour :

- Recrutement de trois consultants individuels pour l’actualisation des études
et le suivi-contrôle des travaux

PDF - 79.1 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études d’actualisation, d’adaptation, d’implantation d’infrastructures hydrauliques pastorales ;
du suivi-contrôle et de coordination des travaux dans les zones pastorales de Bagrépôle.

PDF - 91.3 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études techniques, le suivi, contrôle et la coordination des travaux de construction de trente villas économiques à Bagré au profit de Bagrépôle.

PDF - 85.6 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- D’autres annonces : cliquez ici


LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

En avoir plein les bottes : être fatigué d’avoir trop marché.

Ex. : Mesure la distance que nous avons parcourue ! J’en ai plein les bottes !

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

samedi 19 avril 2014

COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA

  Le maire persona non grata
Publié le mardi 26 mars 2013

Page visitée 1194 fois

Le maire de la commune rurale de Comin-Yanga, localité située dans la province de Koulpélogo, région du Centre-Sud, est indésirable dans son fief. Léné Louis Darankoum est récusé, selon ses thuriféraires, pour son manque d’initiative pour le développement de la commune, sa gestion opaque des biens publics et sa mauvaise collaboration avec les responsables coutumiers locaux. Tout serait parti le 11 mars dernier, d’un mouvement d’une fraction de la population dirigé contre le bourgmestre qui a tourné à des casses, à des arrestations et à la fermeture de la mairie. Pour un retour au calme, une délégation des ressortissants de cette localité y a effectué une mission de médiation le 24 mars dernier.

Le maire de la commune de Comin-Yanga a maille à partir avec une fraction de la population. Ce climat malsain, longtemps entretenu, a dégénéré le 11 mars dernier où jeunes et vieux de cette agglomération voulaient en découdre avec l’édile qui venait d’être réélu au perchoir communal de cette mairie. Aidés des élèves du lycée départemental de Comin-Yanga, les frondeurs, avec à leur tête le chef du village, ont chassé Léné Darankoum de son bureau. Le maire contesté ayant pris la clé des champs se serait d’abord refugié au commissariat de ladite commune avant de se retrancher dans son village à Gogo, une localité distante de 12 km de la commune. Le bilan de cette sortie s’est soldé par des casses et des destructions de biens privés et publics dont le véhicule (une fourgonnette) du maire qui a été endommagé. Pour éviter le pire et sur ordre du préfet du département dont relève la commune, les clés de la mairie ont été retirées des mains de son occupant et la mairie elle-même mise sous scellés par la police. Deux des manifestants proches du chef du village, présumés cerveaux de la manifestation, ont été arrêtés lors de ces émeutes et n’ont recouvré leur liberté provisoire qu’à la date du 22 mars dernier.

Pourquoi ce mouvement du 11 mars dernier ?

« Le maire, depuis son accession à la tête de la mairie en 2006, n’a rien fait pour le village que de le spolier et le diviser au gré de ses intérêts. Las de la zizania qu’il sème, de l’ humiliation que nous subissons au quotidien et des retards que nous accusons dans le développement de notre commune, nous avons décidé ce jour-là d’aller retirer les clés de la mairie et le remercier pour sa mal gouvernance », argumente le Sanem-Koaga Naaba de Comin-Yanga.
Pour le maire désavoué, Léné Darankoum, ses adversaires n’ont rien à lui reprocher, étant donné qu’il a beaucoup fait pour cette commune après dix ans aux commandes : « Le conseil municipal a toujours impliqué les présidents des conseils villageois, les comités CDP de base au niveau des villages dans le processus démocratique et le travail. Pour que les gens puissent contrôler l’action communale, nous avons privilégié la communication entre le conseil et la population. Tous les anciens conseillers qui ont été réélus sont satisfaits du travail que nous avons abattu et j’ai même, là-dessus, eu plusieurs lettres de félicitations ».

Le chef de Comin-Yanga, lui, balaie du revers de la main les propos du nouvel élu local : « Après six ans de mandat, il n’y a aucune réalisation faite par ce maire dans ce village. Il n’a planté aucun arbre. Une ambulance que des amis Allemands nous ont allouée est gérée par Léné Darankoum qui nous la loue à 17 500 F CFA pour chaque évacuation de malade vers un district sanitaire. Aucun bilan financier de gestion ne nous a été fait ».

Le maire qui accuse le Sanem-Koanga de Comin-Yanga d’être l’instigateur de ce qui lui est arrivé, a, quant à lui, les vrais mobiles de son rejet. Ils sont, selon M. Léné, plutôt politiques que monarchiques : « Ils veulent un Salembéré issu de la famille du chef à la tête de la mairie de Comin-Yanga, soutenant qu’ailleurs, les maires viennent des familles royales. D’ailleurs, le chef n’a-t-il pas, lors d’une réunion organisée par le bureau politique provincial, dit qu’il accepterait toute personne à la tête de la mairie sauf l’ancien maire qui est réélu pour un nouveau mandat de cinq ans ? ». Miki Emmanuel Salemberé, issu de la famille du chef, réfute cette allégation : « Quand le maire parle d’un Salemberé que le chef de Comin-Yanga veut mettre à sa place, c’est bien moi. Mais que du potin et de la délation ! J’ai été écarté aux primaires et j’ai respecté le choix de la base pour l’intérêt supérieur de notre commune ».

Léné Darankoum fustige également l’attitude d’un candidat du même parti que lui qui aurait enfreint aux directives du parti CDP, en se présentant contre sa candidature à l’élection du maire le 7 mars dernier, alors qu’il a été proposé par le parti. Gérard Zong-Naaba, puisqu’il s’agit de ce candidat qu’incrimine le maire, faisait partie des cinq autres à avoir été retenu à l’issue des primaires : « Nous n’avons, contrairement à ce que dit le maire élu, reçu aucune consigne en la matière quand nous nous sommes retrouvés dans la salle pour les élections. Si je me suis présenté, c’est parce qu’à la veille des élections, j’ai reçu un coup de fil d’un responsable du bureau politique provincial du Koulpélogo, me demandant de lui donner les noms des membres provisoires de mon équipe municipale. Ce qui, pour moi, sous-entendait que j’étais le candidat désigné par le parti ».
Le domaine scolaire du lycée départemental de Comin-Yanga qui aurait été vendu à un opérateur économique de téléphonie mobile fait aussi des gorges chaudes dans cette cité. C’est d’ailleurs ce qui aurait justifié la participation des élèves au mouvement. Pour le maire, le terrain attribué à l’agence de téléphonie mobile ne fait pas partie du domaine scolaire. Ce que ne partage pas Idrissa Kobyagda, surveillant au lycée départemental de Comin-Yanga : « Certes, les élèves ont marché le 11 mars mais je ne saurais vous dire pour quelle cause exactement. Toujours est-il que les choses sont assez claires quand on parle de domaine scolaire. Il y a eu un plan cadastral qui a été fait pour délimiter le domaine scolaire ; et la partie dont il est question relève bien du domaine scolaire. Pour avoir bien avant été interpellé là-dessus par l’administration scolaire, le maire lui-même le sait ».

L’administration communale étant ainsi paralysée, l’établissement des actes administratifs est en souffrance. Comme l’a dit l’autre dans ce village, Comin-Yanga est sous perfusion et la route du développement ne passe plus par cette entité administrative. La voie politique ayant montré ses limites dans le rétablissement de la paix et de l’harmonie sociale dans le village de comin-Yanga, les fils de ce village sont, sur initiative du haut-commissaire de la province de Koulpélogo, partis échanger avec leurs frères du village. Forte de dix personnes et conduite par Gérard Zong-Naaba, la délégation a été accueillie dans la cour royale par le garant de la tradition de Comin-Yanga. Devant un parterre de jeunes et de sages dont le chef et ses ministres, la délégation s’est, par la voix de son président, introduite en ces termes : « Nous avons suivi avec indulgence et réserve, tous les événements regrettables qui ont cours dans notre village. Nous sommes venus pour vous demander de mettre de l’eau dans votre vin au nom de la paix sociale ». La tolérance, la non-violence dans les mouvements de protestation, la culture du civisme, le respect de l’autorité, des biens publics et privés ont été prêchés aux jeunes sortis nombreux pour la circonstance. Les ressortissants de Ouagadougou ont, conformément à l’esprit de leur mission, demandé à la population dissidente d’enterrer la hache de guerre en laissant travailler le maire. Mais la mayonnaise semble n’avoir pas pris, face à une population visiblement remontée contre son maire. « Merci pour la visite et l’esprit qui l’a sous-tendue. Nous accepterons un nouveau maire, quels qu’en soient ses origines et son état physique mais pas Léné Louis que nous ne voulons plus revoir dans la mairie de Comin-Yanga », foi de Sanem-Koaga qui rumine mal le fait que le maire ait prononcé son nom à l’état civil dans une interview qu’il a accordée à notre confrère Sidwaya. « Le fait d’avoir prononcé le nom à l’état civil de notre chef montre le mépris et la haine que Léné a, à l’égard de notre chef ainsi qu’à tous les autres chefs qui lui sont assujettis », a martelé le Naaba Saaga de Kohingtenga. Après plusieurs heures d’horloge de discussions infructueuses, les contestataires sont restés campés sur leur position à savoir que l’administration communale peut reprendre du service mais sans le maire, expulsé. Avant de regagner Ouagadougou, la délégation que le haut-commissaire a reçue à son domicile pour le feed back, a fait le compte rendu de sa mission qu’elle a tout de même jugée utile : « Nos frères disent qu’ils acceptent le pardon et restent accessibles à tout processus de paix mais n’accepteront plus le retour du maire dans la mairie. Nous allons tout de même poursuivre la médiation », a confié Gerard Zong-Naaba au haut-commissaire du Koupélogo qui a remercié la délégation pour sa mobilisation et son engagement à restaurer la quiétude dans son village natal. Emmanuel Bado s’est dit tout de même confiant quant à une sortie de crise honorable dans cette partie de son administration. « La voie politique semble la mieux appropriée pour poursuivre les approches aux fins de ramener la paix au niveau de Comin-Yanga. La crise n’étant pas au sein du conseil municipal de cette commune, le politique peut travailler à restaurer cette paix », a conclu le haut-commissaire mais pas sans auparavant tenter, à son niveau, d’approcher le chef à ce sujet.

Aux dernières nouvelles et selon certaines sources, une quinzaine de manifestants devront répondre de leurs actes devant le procureur le 2 avril prochain suite aux événements du 11 mars. On se rappelle que des affrontements entre deux camps adverses ont causé d’énormes dégâts matériels la mort d’un jeune homme.

Armel ILBOUDO

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

12 Messages

  • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 26 mars 2013 23:46, par bob biiga

    Suis decu d’entendre encore qu’un chef coutiere s’est encore mélé a la politique, qu’il reste dans son palais si le maire ose prononcé son nom propre, du moment ou il s’est conporté comme les autres citoyens son nom n’est plus un sécret. Qu’il se renseigne au coté de ceux qui étaient a l’assemblée leur nom est callé devant. Chef s’il te plait dans ton palais.
    je peux pas comprendre que moins d’un an on demande un bilan a un maire, chef y a quelque chose qui cloche.

    repondre message

  • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 09:09, par BILI-BILI

    ça fait pitié de voir des "NAABA" , les garants de notre tradition ;dont normalement leur place se trouve dans les palais, se retrouvent sous un arbre pour revendiquer une mairie,..si le ridicule tuait !
    Il va falloir que les nouveaux maîtres du CDP communiquent plus ; on a l’impression que la BASE est en dephasage avec les realités du CDP.le CDP n’est plus celui des ROCK..des GORBA et autres SIMON.le parti a eté phagocité par la FEDAP/BC ; et c’est ce qui fait cette embrouille au sein du mega parti.Et tous ces maires "persona-non-grata" ;leur seul péché est qu’ils ne sont pas des gars des FRANCOIS ; FRANCOIS ne les connait pas.Mes pauvres maires, negociez avec FRANCOIS, et vous verez tout va se decanter tout suite.

    repondre message

    • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 13:30, par kiqui

      Tout ca du hobahoba. Personne n’a raison et le plus fort a raison. Qui du chef ou du maire est le plus fort.Wait and see.Chacun veut manger c’est tout .Peu se soucie de l’interet general. Nous sommes pauvres et chaque fois que nous avons l’occasion de manger malhonnetement en s’entourant d’une certaine légalité on n’hésite pas. Monsieur le chef coutumier, attendez votre tour de manger, mais laissez cette fois ci mon ami LENE manger en vendant les domaines scolaires, les espaces verts, les espaces reservés etc. Veille à ce qu’il ne vende pas votre domanie coutumier .Si le maire me vend votre domaine coutumier j’achete,j’etablis ensuite mon titre foncier et je viens avec 2 huissiers de justice vous mettre dehors. Vous pourriez aller loger a la mairie. Ya wotto sa Majesté !

      repondre message

  • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 09:52, par Tapsoba® (de H)

    Depuis quand la province du Koulpélogo a été rattachée à la région du centre -sud ? Je croyais que cette région regroupe le Bazèga,le Zoundwéogo et le Nahouri.
    - Pour revenir à l article,si ce n est de la manipulation,ça y ressemble même si le chef coutumier le nie fermement.On est à peine sorti d une élection municipale.Pourquoi avoir donné une majorité au parti du maire si sa gestion de la cité était catastrophique ? Celui-ci ne gère quand même pas sa commune solitairement sans sa majorité.On ne va pas dire aussi qu il a eu du soutien d un parti adverse pour se maintenir au pouvoir.Cette commune donnera t-elle le coup d envoi de la gestion par délégation spéciale des localités à problème ?

    repondre message

  • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 09:56, par fasobiiga

    Mr le journaliste, cette ville n’est pas située dans la région du Centre-Sud.
    Quant à l’engagement des chefs coutumiers, que voulez-vous. le régime compte sur eux pour embastiller nos populations. Eh mon Dieu ! Aie pitié de mon pays et honte à jamais sur ce pouvoir.

    repondre message

  • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 10:05, par Ib

    décidement les chefs coutunmiers ont du mal à s’accommoder avec la démocratie. il ne revient pas au chef du village tout seul de juger du succès ou de l’echec de la gestion du maire, cela est un prérogative devolue à tous les habitants de la commune. si ils l’ont réélu comme conseiller et comme maire, c’est qu’ils estiment qu’il a fait un travail acceptable et mérite d’être reconduit. et puis, pourquoi attendre maintenant avant de relever les griefs contre le maire, c’est pendant la campagne électorale qu’il fallait ressortir tout ça. bref la démocratie, c’est un long long long processus.

    repondre message

  • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 12:51, par anta

    Le Poénaaba a raison :"Le CDP n’est pas un parti démocratique".Sinon il respecterait le choix de la base.Mais, tout est fait comme dans le Parti communiste chinois.C’est un goupuscule manipulé et tenu par les bijoux royaux par Blaise Compaoré et son frère qui imposent les maires.Et ça veut modifier la constitution pour perdurer au pouvoir.Heureusement qu’il reste encore des cailloux sur nos routes !

    repondre message

    • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 14:26

      Oui c´est facile de profiter de l´ordinateur de srevice pour raconter du n´importe quoi. Savez-vous qui est reellement ce maire ? Demandez-vous pourquoi lors de son premier mandat les villageois ne se plaignaient pas .On ne donne pas des jugements sur un evenement qu´on ne maitrise pas.

      repondre message

      • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 16:13, par Esclave

        Laissez nous en paix et laisser ces gens se bagarrer. où étaient-ils pendant les élections ? Si le maire était incompétent ils n’avaient qu’à voter un autre parti. donc laissez nous en paix et assumez vous. qu’on arrête ces gens avec le chef en tête et on les enferme un point c’est tout

        repondre message

      • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 16:13, par jonassan

        Est-on obligé de vivre dans le vase clos d’un système pour en comprendre son fonctionnement ?
        Sans attendre d’être invité à la mangeoire je peux affirmer sans risque de me tromper que si les acteurs en conflit sont issus de la même tannière c’est que c’est un problème de partage de gibier. Tous les racontars autour (incapacité, anti-démocratie, gabégie, ...) n’ont pour objectif que d’amuser la gallerie.
        Qui peut lever le petit doigt, le justificatif de LAT, pour dire que ce sont les parcelles qui font que y’a bagarre autour des mairies ? Même l’opposition n’est pas aussi blanche qu’elle paraît mais dans le camp de ceux qui détiennent jalousement la chose c’est l’évidence même ; soutien à Anta !

        repondre message

    • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 17:18, par jonassan

      Anta, pour quelles raisons veux-tu absoudre le poe-naaba ? Restes ferme dans tes analyses ; un chef traditionnel ou religieux n’a rien à faire dans la politique. S’il veut faire la politique qu’il démissionne de la chefferie. Si tu acceptes çà comment pourras-tu continuer à reprocher les fonctionnaires CDPistes de profiter de leur fonction pour faire des affaires ? Les sirènes de l’Engeance dans ses mélodies enchantantes et ses transformations mystiques, t’ont-elles envouté ? Je ne le souhaite même pas à Kôrô et surtout pas toi.

      repondre message

  • COMMUNE RURALE DE COMIN-YANGA 27 mars 2013 16:58, par Bob

    Encore de la chasse à un Maire ;Il ne sera pas seul.Tous ces bourgmestres élus sous autorités ou sous sécurités auront des difficultés à terminer leur mandat,car ils ne sont pas élus par l’avis du peuple.Vous voulez restaurez la paix,la cohésion social,l’emergence et vous placez des gens qui ne partagent pas les memes visions que vous.ça sera très compliqué.

    repondre message

Copyright Les Editions Le Pays | SPIP