Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5586 du mercredi 16 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

En avoir plein les bottes : être fatigué d’avoir trop marché.

Ex. : Mesure la distance que nous avons parcourue ! J’en ai plein les bottes !

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

mercredi 16 avril 2014

CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE

  Un candidat expulsé pour non-respect de consignes
Publié le mardi 21 juin 2011

Page visitée 7872 fois

Le ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale (MFPTSS), Soungalo Appolinaire Ouattara, a animé une conférence de presse le mardi 21 juin 2011 dans la salle de conférences dudit ministère. Cette conférence a porté sur l’organisation des concours professionnels et directs de la Fonction publique. Au cours de celle-ci, le ministre Soungalo Ouattara, entouré de ses proches collaborateurs dont la secrétaire générale de son département, Adama Vignigbé/Ouédraogo et le directeur général de l’Agence générale de recrutement de l’Etat (AGRE), Emmanuel Nignan, a laissé entendre qu’un candidat a été expulsé dans une salle de composition au concours des commissaires de police session 2011, pour non- respect de consignes.

Tous les Burkinabè naissent égaux en droit. C’est ainsi qu’il est inscrit dans la Constitution burkinabè et le ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, Soungalo Appolinaire Ouattara, ne veut pas que cela soit un vain mot mais une réalité se traduisant dans les faits.

Les innovations
C’est pourquoi il a entrepris depuis 2009 la dynamisation de l’organisation des concours de la Fonction publique, notamment leur déconcentration dans tous les chefs-lieux de régions du Burkina avec, en fond de toile, la lutte contre la fraude et la promotion de l’égalité des chances. A cette initiative majeure qui réjouit les candidats viennent s’ajouter d’autres améliorations, en l’occurrence l’élaboration des sujets, l’administration des épreuves sportives et écrites, etc. Transparence, équité et lutte contre la fraude, tel est le leitmotiv du ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale. Face à la presse le 21 juin dernier, il n’est pas passé par quatre chemins pour réaffirmer sa volonté de lutter contre la fraude dans les concours et promouvoir l’égalité des chances pour tous. C’est d’ailleurs cette volonté manifeste qui a permis à son équipe d’expulser un candidat dans une salle de composition au concours des commissaires de police, session 2011. Selon ses explications, le candidat expulsé a laissé sonner son téléphone portable en salle de composition. Ce qui est formellement interdit par les textes. Pour cette session 2011, on a 24 000 candidats pour les concours professionnels dont l’organisation a nécessité une somme d’environ 300 millions de F CFA, a-t-il affirmé. Pour passer d’une catégorie à une autre, les fonctionnaires de l’Etat, doivent passer un concours. Ceux qui se font former dans d’autres institutions à titre privé bénéficient seulement d’une bonification d’échelon mais ne peuvent pas être reclassés par l’Etat car ils n’ont pas pris part à un concours, a indiqué le ministre Soungalo Appolinaire Ouattara. « Vous ne pouvez pas échouer à un concours et puis aller vous faire former parce que vous avez les moyens et vouloir qu’on vous reclasse comme ceux qui ont été admis au concours et qui ont suivi la formation », a-t-il laissé entendre. Il a indiqué que sur les 159 concours professionnels ouverts, 29 ont été déconcentrés pour éviter que tous les candidats ne se déplacent à Ouagadougou comme c’était le cas auparavant. Pour l’administration des concours, 1 500 surveillants issus essentiellement du milieu éducatif ont été mobilisés. A la date du 21 juin 2011, les résultats de tous les concours professionnels ont été publiés sauf ceux de la sécurité où il y a quelques difficultés. A la publication des résultats, 2 321 agents seront admis. La publication précoce des résultats, a fait savoir Soungalo Ouattara, permet aux admis de se préparer avant de rejoindre leurs écoles en octobre mais aussi à leurs différents ministères de prendre des dispositions pour procéder à leur remplacement.

Choix et acheminement des sujets

Les sujets des concours professionnels, a confié le ministre, sont demandés auprès des départements bénéficiaires et acheminés au ministère de la Fonction publique sous plis scellés. Les trois sujets sont choisis à la veille des concours par les membres de trois jurys, soit un sujet par jury. Tous les membres qui participent aux opérations ou qui manipulent les sujets ont l’obligation de rester jusqu’au lendemain matin. Tous les téléphones portables sont confisqués. Aucune communication n’est autorisée avec l’extérieur. Ces membres ne sont libérés qu’après le lancement de l’administration du premier sujet. Pour le cas des concours déconcentrés, les sujets quittent Ouagadougou la nuit avec l’escorte de la gendarmerie pour que ceux-ci arrivent dans les différentes destinations à 5h ou 6 h du matin. Pour les candidats, il leur est interdit d’entrer dans les salles de composition en possession de documents ou de téléphones portables. Tout cela a pour but de lutter contre la fraude, a relevé le ministre Soungalo Ouattara. Faisant un aperçu sur les concours directs 2011, il a souligné qu’ils sont au nombre de 110. Le nombre de candidatures est de 400 000 pour environ 8 000 postes à pourvoir. Les épreuves sportives des concours paramilitaires ont déjà eu lieu. Les épreuves écrites se dérouleront du 1er au 12 août. Les premiers résultats sont attendus le 25 août, a-t-il révélé. Le ministre Soungalo Ouattara n’a pas manqué d’énumérer les nombreuses améliorations apportées à l’organisation des concours au profit des candidats. Parmi elles, la publication des listes des candidats au moins un mois avant le déroulement des concours à travers divers supports dont les journaux. Il a fait savoir que les listes des admis aux différents concours ne seront plus affichés au building Lamizana mais dans les lieux sécurisés tels que les lieux où les candidats ont composé, dans les gouvernorats ou hauts- commissariats, etc. Les candidats pourront également avoir leurs résultats en parcourant les journaux ou en envoyant des SMS au numéro 3176, etc. Ces différentes innovations, a dit le ministre Soungalo Ouattara, visent à faciliter la tâche aux candidats car un concours ne doit plus être un traquenard pour un candidat. Après avoir apporté des éléments de réponse aux nombreuses questions des journalistes, il a invité les uns et les autres à accompagner son département dans la lutte contre la fraude, car force doit rester à la loi et à l’égalité des chances.

Dabadi ZOUMBARA

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

15 Messages

  • Félicitations M. le Ministre. On ne peut pas vous demander de faire plus car vous le faites déjà. Mais vous savez : on est plus exigent avec qui font bien qu’avec ceux qui ne font rien. C’est pourquoi nous vous demanderons toujours d’en rajouter. Le cas de ce candidat admis premier sur la liste d’attente n’a malheureusement pas eu la chance de rejoindre l’école de formation des professeurs malgré la défection d’un admis. Sachant qu’un des admis l’était à deux concours et hésitait à faire un choix, le malheureux admis sur la liste d’attente a vainement négocié avec le lauréat veinard qui d’ailleurs est son co-locataire.Mais en vain. Ce dernier s’était inscrit dans les deux écoles. Dans votre ministère où le pauvre candidat a posé le problème, personne ne l’a écouté. A la fin l’heureux double admis a choisi de rester à Ouaga pour sa formation en informatique. Quant au malheureux il était trop tard pour lui faire appel pour la liste d’attente à l’ENS. Or il semble qu’on ne doit pas s’inscrire pour plus d’une formation. A l’heure de l’informatique, on aurait pu détecter la double admission et s’assurer que l’intéressé ne prendra pas deux inscriptions.

    repondre message

  • Soungalo, vous méritez votre poste. Vous n’êtes pas des partisans du moindre effort, de ces politiciens qui ont fait du "chien aboie la caravane passe" leur hymne. Il nous faut des méritocrates comme vous et non des utilitaristes.

    repondre message

  • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 10:40, par Sakidi SANOU

    Chapeau bas à toute l’equipe de la fonction publique en premier lieu Monsieur OUATTARA.

    C’est propre, commme dirait l’autre. Quand on fait un travail parfait, scientiquement organisé, les Burkinabé qui ne savent pas que critiquer, apprécieront.
    Personnelement, j’ai échoué après la phase d’entretien oral et c’est avec la conscience appaisée que je digère ma défaite.
    L’organisation précoce des concours qui entraine une publication précoce des résultats est un acquis a conserver.
    Ceux qui doivent à l’école le savant avant même la fin de l’année scolaire toute chose qui leur permet de regler les problèmes de scolarité de leurs enfants.
    Franchement les acquis de votre présence au department de la fonction publique sont indenombrable même les retraités en parlent avec la mensualisation des pension.

    Mais attention a ne pas trop vous surcharger car ça peut jouer sur le rendement malgré le sens d’une ceratine organisation méthodique. Je fais simplement allusion au departement du " travail et de la securité sociale" qu’on vient d’adjoindre à la fonction publique.

    repondre message

  • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 11:13, par Un Fils de la Boucle

    Moi je pense qu’il est bete de dire que les portables ne sont pas admis en classes de composition sans trouver une place securisante pour les candidats de les deposer. Je propose que le Ministre creent de l’emploi en embauchant des gens qui auront pour job de recuperer les portables des candidats (contre un ticket avec un No comme cela se passe dans les parking) avant leur entree en salle. Sinon ce serait de l’injustice de priver des gens d’un outil de communication. Je trouve que demander aux candidats de laisser leurs portables a la maison (?) le jour de la composition n’est pas juste. Il est aussi injuste de daigner ignorer que des candidats possedent des portables. On peut accepter que les gens soient depossede de leurs outils de communication pour quelques heures (pendant la composition) mais pas pour la journee. S’il n’y a pas de lieu ou laisser son portable au lieu du concours cela revient a dire que chaque candidat possedant un portable doit s’en priver meme au moment ou il n’est pas suppose composer (en route, dans la cours...).

    repondre message

    • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 12:12, par Un candidat non partant

      Mon ami, chaque jeu à ses règles et ici on ne veut pas de portables il appartient donc a chacun de faire son choix : soit on peut pas se passer de son portable pour aller passer son concours et opte de ne jamais composer ou bien on se fait violence pour respecter les règles du jeu et abandonner ce machin pour quelques heures.
      Dans tout le cas, le candidat expulsé n’etait pas le seul à composer, on a bien dit des milliers de candidats. Il appartien à une seule personne de rejoindre la majorité et non le contraire.
      D’ailleurs on a pas interdit les portables dans les salles mais on vous dit gentillement de les eteindre avant d’accèder en salle.
      Ne demandons pas une chose et son contraire. Nous voulons la transparence sans contrainte. ça ne peut pas exister.
      Soyons honnête en acceptant les consignes car il y va de notre interêt.
      LES GAS DE LA FONCTION PUBLIQUE, GARDEZ LE CAP C’EST PROPRE

      repondre message

      • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 13:20, par Un Fils de la Boucle

        Mon ami l’info etait incomplete ou mal diffusee : eteindre son portable et ne pas l’en disposer sont 2 choses differentes. Je n’ai jamais dit que les candidats ont droit a leur portables non eteints en salle. Comme la nuance vient d’etre faite alors merci. Sinon que dans tous les pays du monde les portables sont interdit en salle de composition (ce qui est different de garder son portable eteint) mais l’autorite s’assure que ceux qui les possedent puissent les deposer dans un lieu securise tout comme on fait des parkings et des toilettes. Faire un concours n’est pas synonymes d’etre "prisonnier". Pendant que nous y sommes ma proposition est que les gens avancent sur la base des competences professionnelles au lieu des concours professionnels. Je propose qu’on supprime ces concours professionnels et qu’on trouve des moyens efficaces de notations des agents sur la base des attributs pour lesquels le travail lui est octroye. Reussir a un concours professionnel est different d’etre un genie sur le plan professionnel. C’est dans les pays "moins avances" que l’on a ces genres de facon de faire la promotion des travailleurs. Sinon dans les pays avances ca se passe sur la base de la notation (pas celle de complaisance faite sur la base de la couleur politique ou parentale mais sur les valeurs intrinseques professionnelles de l’individu). Les frais d’organisation de ces concours pourraient creer d’autres emplois.

        repondre message

        • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 22:17, par Jacques

          pendant que les fiches de notation soulèvent partout des boucliers, vous en êtes toujours a demander de les utiliser à la place du concours professionnel. Demain, vous serai encore le premier à réclamer la réinstauration du concours professionnel si l’on venait à vous suivre dans vos élucubrations. De plus, si tu es né avec un portable je comprendrais que tu aie de la peine à t’en défaire, et on ne créer pas un métier ponctuel juste pour garder des portables pendant que les proprio composent, mon type creuse un peu plus ta tête, ne soit pas aussi limité. Les études d’impacts de solutions avant leur application tu connais ?

          repondre message

      • Bien dit mon frère, le fils de la Boucle du Mouhoun doit revoir sa copie. Penses tu que les autres candidats accepterons qu’un gardien de cellulaires soient assis devant la porte pour gérer les appels téléphoniques des candidats. Quand même une salle d’examen ou de composition ce n’est pas le parking d’un service, d’un marché ou d’un maquis.C’est simple tu peux couper la sonnerie de ton appareil et à la fin de ton examen tu auras tous tes appels manqués sauf ceux de numéros masqués ou de certains pays étrangers, ou bien tu rediriges tes appels vers un autre numéro.

        repondre message

      • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 14:06, par badpress

        ton message est propre et donc clair comme l’eau de roche. A bon attendeur, salut !

        repondre message

  • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 12:39, par Burkimbila

    Songalo est un exemple que tous ses collègues doivent suivre. Cependant, il devrait résoudre certaines choses afin d’accorder les mêmes chances à toutes et à tous. Notamment, à propos des fonctionnaires ayant des diplômes universitaires (diplômes acquis avant ou en cours d’exercice de la profession).
    Au niveau de certains ministères, ces diplômes sont valorisés.

    - Un agent du ministère des finances de catégorie B ayant le BAC a besoin seulement de 03 ans d’ancienneté pour faire son concours professionnel, et de 02 ans de formation au lieu de 03 s’il est admis à l’ENAREF pour être en catégorie A ;

    - Un instituteur ayant une licence peut devenir un enseignant du secondaire ou peut postuler directement au concours des inspecteurs de l’enseignement de base ;
    Cette situation enviable n’est cependant pas appliquée dans tous les ministères.

    Au niveau du ministère de la santé par exemple, des centaines d’agents paramédicaux ont des diplômes universitaires (DEUG, Licence, DEA , DESS, Masters) dans divers domaines (sociologie psychologie, anglais, managment des projet, éconiomie etc.). En aucun cas, ces diplômes ne sont valorisés. Je penses qu’en interne, on devrait trouver des mécanismes pour utiliser ces compétences qui dorment dans des tiroirs. Si par exemple un projet du ministère de la santé a besoin d’un sociologue, qu’on permettent aux agents du ministères ayant le diplôme requis de postuler.

    repondre message

    • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 14:26, par le sage

      mon cher ami l’exemple pris sur le MENA est dépassé ; il n’est plus question de sauter les étapes quelque soit ton diplôme académique. tu rentres instituteur tu devras passer toutes les étapes avant d’arriver au sommet. la mesure etait transitoire, elle est finie cette année. je me garde de faire d’autres commentaires sur son éfficacité quand aux cadres qui ont profité de la mesure.A chacun de juger notre système autour de lui et de tirer les conséquences. pour ma part le diplôme est bien, il donne un niveau général d’une personne mais à vouloir l’exploiter pour les fonctions techniques cela n’est pas évident surtout pour les métiers qui demandent de l’expérience. je pense qu’il est sage de faire le choix en fonction de son niveau académique pour éviter de mettre l’état devant des faits accomplis qu’il n’a pas demandé. les communiqués des concours sont très clairs. vous passez un concours niveau CEP souffrez que l’on ne considère pas votre licence et autres. sachons aller doucement et surtout n’envions pas les aînés dans les professions, ils ont enduré des situations avant de devenir ce qu’ils sont. patience chacun aura son tour.

      repondre message

    • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 14:35, par Burkimbila

      Rectificatif : Au lieu de lire "un agent des finances de categorie B ayant le BAC", lire "un agent des finanaces de catégorie B ayant la maitrise en droit ou economie"

      repondre message

  • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 13:21, par Un Fils de la Boucle

    Mon ami l’info etait incomplete ou mal diffusee : eteindre son portable et ne pas l’en disposer sont 2 choses differentes. Je n’ai jamais dit que les candidats ont droit a leur portables non eteints en salle. Comme la nuance vient d’etre faite alors merci. Sinon que dans tous les pays du monde les portables sont interdit en salle de composition (ce qui est different de garder son portable eteint) mais l’autorite s’assure que ceux qui les possedent puissent les deposer dans un lieu securise tout comme on fait des parkings et des toilettes. Faire un concours n’est pas synonymes d’etre "prisonnier". Pendant que nous y sommes ma proposition est que les gens avancent sur la base des competences professionnelles au lieu des concours professionnels. Je propose qu’on supprime ces concours professionnels et qu’on trouve des moyens efficaces de notations des agents sur la base des attributs pour lesquels le travail lui est octroye. Reussir a un concours professionnel est different d’etre un genie sur le plan professionnel. C’est dans les pays "moins avances" que l’on a ces genres de facon de faire la promotion des travailleurs. Sinon dans les pays avances ca se passe sur la base de la notation (pas celle de complaisance faite sur la base de la couleur politique ou parentale mais sur les valeurs intrinseques professionnelles de l’individu). Les frais d’organisation de ces concours pourraient creer d’autres emplois.

    repondre message

  • CONCOURS PROFESSIONNELS DE LA FONCTION PUBLIQUE 22 juin 2011 15:42, par Machiavel

    Pourquoi avez vous bloqué mon message ; vous ne voulez pas la vérité ou quoi ? avec sa il n’y aura pas la liberté d’informer.

    repondre message

Copyright Les Editions Le Pays | SPIP