Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5589 du mardi 22 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

AVIS ET ANNONCES
la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, lance pour le compte de ladite société, un avis a manifestation d’intérêt pour :

- Recrutement de trois consultants individuels pour l’actualisation des études
et le suivi-contrôle des travaux

PDF - 79.1 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études d’actualisation, d’adaptation, d’implantation d’infrastructures hydrauliques pastorales ;
du suivi-contrôle et de coordination des travaux dans les zones pastorales de Bagrépôle.

PDF - 91.3 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études techniques, le suivi, contrôle et la coordination des travaux de construction de trente villas économiques à Bagré au profit de Bagrépôle.

PDF - 85.6 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- D’autres annonces : cliquez ici


LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

En avoir plein les bottes : être fatigué d’avoir trop marché.

Ex. : Mesure la distance que nous avons parcourue ! J’en ai plein les bottes !

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

mercredi 23 avril 2014

DEMOCRATIE EN AFRIQUE

  Et si on arrêtait de regarder vers la France ?
Publié le mardi 8 mai 2012

Page visitée 1369 fois

C’est un fait que les Africains francophones sont devenus très friands des grands rendez-vous électoraux français. Le scrutin présidentiel en particulier polarise l’attention. Sur le continent, beaucoup se laissent volontiers gagner par l’ivresse de ces échanges radio-télévisés, au point d’être frustrés lorsque l’Afrique n’y apparaît pas comme étant une priorité. A croire que nécessairement, le vainqueur de ces joutes oratoires, serait le messie appelé à sauver le continent de la mal gouvernance ! Pourquoi donc ce regard constamment tourné vers les autres ? Pourquoi toujours attendre que le salut vienne de la France en particulier ?

L’effervescence de la vie politique française est le fruit d’une longue gestation. A commencer par la révolution de 1789. L’intensité du débat démocratique qui a cours avant, pendant, et au lendemain des consultations électorales, est tributaire de ce long cheminement au cours duquel le peuple français a consenti de lourds sacrifices.
Pourquoi les élections françaises doivent-elles donner lieu à tant de conjectures ? Pourquoi ne pas s’affranchir de ce tutorat qui agace par moments ? Pourquoi donc cette habitude de tourner résolument le regard vers les autres lorsqu’il s’agit d’examiner nos problématiques de développement de l’Afrique ?

Suite à la glasnost, des pays d’Europe de l’Est ont fait la révolution et demandé l’assistance de l’Occident qui a alors accouru à leur chevet. Presqu’immédiatement, des voix se sont élevées du continent noir pour demander que la coopération avec ces pays de l’Est ne se réalise pas à ses dépens. Ce fut le même cas, au lendemain des tsumanis politiques intervenus dans les pays d’Asie. Pourquoi cet « aplaventrisme », cinquante ans après les indépendances ? Pourquoi s’infantiliser autant ? Et d’ailleurs, pourquoi passer le temps à s’apitoyer sur son propre sort lorsqu’après avoir mendié, on n’hésite même pas à dilapider l’épargne des autres ? N’est-il pas temps pour les Africains, de prendre leurs responsabilités et de s’assumer ?
On peut s’en sortir en s’appuyant sur la société civile qui a suffisamment fait du chemin. Certes, dans certains pays, elle est encore balbutiante, hésitante ou amorphe. On en trouve qui sont bien infiltrées par des éléments du pouvoir, ou qui évoluent en dents de scie, car les membres ne sont pas si désintéressés qu’on le pense.
A l’inverse, dans des pays comme le Sénégal, la société civile marque régulièrement des points. Récemment par exemple, elle a su mobiliser les Sénégalais pour faire échec aux dérives du président Wade, atteint de la boulimie du pouvoir. A Dakar, des mouvements sociaux sont apparus, qui ont rapidement occupé le terrain, notamment les jeunes du collectif « Yen a marre ».

Quelle que soit la nature du pouvoir, quelque chose est toujours possible. Reste à savoir évoluer suivant le contexte. Mais la société civile, à travers ses différentes composantes, doit savoir demeurer vigilante. A elle d’activer la machine devant permettre de développer la conscience citoyenne.
Pour être plus responsable, le citoyen a besoin d’être mieux encadré. Il faut donc travailler davantage à ce niveau. A la société civile de s’organiser pour mieux gagner en crédibilité. Elle doit savoir monter la garde quand le peuple s’endort. Par contre, elle ne doit pas prendre le risque d’outrepasser ses prérogatives.
Au-delà de la société civile, il y a l’ensemble du peuple qui s’exprime à travers les partis politiques, ceux de l’opposition en particulier. L’opposition a son rôle à jouer, lequel est différent de celui des détenteurs du pouvoir. Elle doit savoir faire preuve d’une plus grande maîtrise de soi, et résister aux chants des sirènes du pouvoir et de l’argent.
Toutes tendances confondues, la classe politique africaine doit aller de l’avant. Il faut tourner la page afin qu’un nouveau leadership émerge et fasse oublier la mal gouvernance qui a énormément fait du tort à la réputation du continent et beaucoup nui à ses intérêts.
L’Afrique peut se forger elle-même son destin démocratique, sans attendre que tout lui tombe de… la France.

« Le Pays »

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

10 Messages

  • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 09:07, par Mercredimatin

    C’est quoi, un Africain ?

    repondre message

  • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 10:36, par Afrique

    Merci au Pays pour ce bel article. A la question posée par le premier forumiste, je repondrai : l’africain c’est toujours le bébé qui tète le sein de sa mère ou le madiant qui tend toujours la main pour recevoir.
    Pourquoi vouloir toujours tendre la main à la France ? Le Brésil, l’Argentine, la Colombie, le Vénézuela... ont été colonisés par l’Espagne ou le Portugal. Le Brésil est la 9ème puissance économique mondiale, l’Espagne ne voit même pas sa poussière comme on le dit. Mais comment ont-ils faits pour surplanter leurs colonisateurs ? La repone est simple : ils ont travaillé durs. Pourquoi nous les africains, nous refusons le travail ?
    J’ai toujours dit : le paradis se construit avec les mains et se vit. Eux les occidentaux ont construits leur paradis. Construisons le notre. La main qui reçoit est toujours en dessous de la main qui donne. Ayons aujourd’hui le courage de nous sacrifier pour les générations à venir sinon nous resterons maudits à jamais.

    repondre message

    • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 13:35, par anta

      Moi j’appelle ça le complexe du Garibou. "Allah garibou barçilah", c’est la complainte journalière des africains devant les portes de européens. Ils ne connaissent pas la honte parce que pour eux c’est un état normal.Les psychologues disent que c’est le complexe de Stokholm, ce complexe qui fait que la victime tombe amoureuse de son bourreau.Les meilleurs médecins des Africains restent des gens comme Thomas Sankara, Kwamé Nkruma. Qui va aller les réveiller pour nous ?

      repondre message

    • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 19 décembre 2013 01:51, par Aaron POENOU

      La difference des pays africains avec ceux de l’amérique latine est que, la colonisation a créé un metissage très avancé entre les hispaniques et les indiens. Les 1ers se sont même installés en grand nombre là bas, créant ainsi une nouvelle identité et un nationalisme qui a abouti à l’émancipation totale de ces nations d’amérique du sud. Le problème de l’Afrique se trouve probablement dans une sorte de dédain ou de peur de l’homme blanc (des européens surtouts) vis à vis des africains noirs avec qui d’ailleurs il ne s’est pas trop brassés, ni socialement ni culturellement. La civilisation Hellene se ’’masturbe’’ souvent dans l’illusion de sa supériorité à l’endroit des civilisations noires qui pourtant, les ont précédées dans la vallée du Nil. En réalité L’Europe et surtout la France, a peur de l’Afrique (surtout de ses ressources naturelles) et des africains, car nous sommes capables de réfléchir aussi bien que l’homme blanc mais nous avons une capacité d’adaptation physique et culturelle à la nature qu’il n’a pas. C’est pourquoi ils essayent depuis la colonisation de mettre en place des stratégies pour, soit nous retarder (division entre nos leaders), soit nous contrôler (F cfa et les dirigeants véreux qu’ils nous imposent) ou encore nous diminuer (par la fuite des cerveau sous la forme d’immigration choisie et autres). La seule solution pour nous africains, c’est de transcender nos différences ethniques et divergences de vue pour nous unir derrières des choix bénéfiques pour notre développement. Celui-ci ne devra pas être conçu sous l’angle qui a amèné l’Europe aujourd’hui à la crise. Le développement des nations africaines doit prendre l’orientation de modèles qui respectent le mode de vie de nos peuples c’est à dire qui s’adaptent à notre environnement afin que nous ne soyons pas amenés un jour à chasser les pigmées de ce qui était autrefois leur habitat comme c’est le cas des roms maintenant en Europe. ça, ça prendra du temps. Je l’avoue.

      repondre message

  • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 11:28, par Minnayi

    Grand merci pour ce bel article. A ce que vous avez dit j’ajouterai que le véritable problème de nos jours au BF par exemple, c’est celui du manque d’instruction des jeunes qui sont les plus nombreux, et sur qui repose l’espoir du changement de comportement, de mentalité ou du changement tout court.

    Vous aviez évoqué à juste titre le cas du Sénégal ou la société civile, mais surtout la jeunesse a joué un grand rôle dans les élections passées. Cela a pu se faire parce que les jeunes sont instruits (une grande majorité) et comprennent l’enjeu du choix d’un président. Au BF, beaucoup de jeunes ne sont pas instruits ou pas assez, à même de comprendre que leur destin, leur développement dépend plus des dirigeants qu’ils choisiront que de Dieu ou de la bénédiction de leurs ancêtres.

    Le premier obstacle au développement du BF actuel est un problème de mentalité, de manque ou d’insuffisance d’instruction. Ce n’est pas forcément l’instruction en langues étrangères mais aussi langues nationales, le souci étant de pouvoir comprendre pourquoi on vote ou pourquoi on doit voter parce qu’on décide de son avenir en votant. Le défi actuel de nos politiques ou de nos groupes de pression (société civile, médias,...) devrait être la sensibilisation et ce, surtout en période non électorale afin de permettre aux électeurs de se préparer et de voter en connaissance de cause. La jeunesse doit comprendre que si elle veut le changement, cela est possible et par son seul fait, et non en boudant les élections comme cela est le cas ces dernières années.

    repondre message

    • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 14:00, par matyp & K’emp

      @Minnayi : d’habitude je ne suis pas d’accord avec toi (lol, je plaisante), mais là, je partage entièrement ton avis sur l’éducation de la jeunesse. Ton analyse est très pertinente.

      repondre message

  • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 13:47, par matyp & K’emp

    Merci pour ce message. Je m’effrayais d’être le seul à penser ainsi, mais je constate avec joie le contraire.

    J’en profite pour dire aux afro-pessimistes qu’il faut qu’ils arrêtent de raconter des mensonges. Ce n’est pas parce que l’Afrique n’est pas au même niveau que les autres que nous devons baisser les bras et attendre l’Aide. Nos ancêtres n’ont pas eu besoin d’aide pour que nous nous puissions voir le jour aujourd’hui, nous devons à notre tour rester vigileants. Il est dit en effet que celui qui emprunte est l’esclave de celui qui prête.

    Félicitation en tout cas au Pays pour cet article qui j’espère sera le premier d’une série qui dénoncera les préjugés de l’Afrique Noire francophone.

    repondre message

  • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 16:43, par leNostalgique

    Le Burkinabè est à peine sortie de la férule venue d´ailleurs qu´il est tombé sous le joug de ses propres frères.

    En 1983 de brillants jeunes officiers ont pris conscience qu´il fallait se liberer et liberer leur peuple de ses peurs à travers une oeuvre salutaire mais ô combien gigantesque ! Au péril de leurs vies, ils ont engagé une bataille qui devait conduire ce peuple vers l´horizon du bonheur.

    Mais très rapidement certains ont été dégouté d´avoir à toujours batailler alors qu´il y avait à portée de mains des cantines pleines.

    La tentation fut trop forte, si forte qu´ils n´y resistèrent pas. Ils fondirent sur ceux qui se voulaient des défenseurs de l´intérêt collectif. Ils sévirent sans pitié, jalonnant leur parcours de regretés. Infligeant au passage une terreur sans precedant au peuple martyr qui voyait pour la première fois la cruauté dont étaient capables ses propres fils. Atteré, ce peuple se prostra de peur et de dégoût. Il pleura presque silencieusement à chaque fois qu´on lui porta un nouveau coup. 1988... 1991...1998...

    Tout au long des 25 ans passés dans cette terreur silencieuse, l´élite de ce peuple n´a pas oublié. Il a toujours peur, il est toujours prostré.

    De qui viendra le salut et la foi en un avenir meilleur ? Certainement pas de ceux qui l´ont si violemment attristé.

    Alors, ce peuple attend, attend et attend encore. On l´a gifflé. Il a tendu l´autre joue. On l´a encore gifflé. Il sait que s´il tend à nouveau la joue, on gifflera encore. Alors il a choisi l´amnésie. L´amnésie comme moyen de survie. Une amnésie volontaire. Qu´il ne pourra que payer. Cher, très cher...

    repondre message

    • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 17:26, par Gombo Sec

      Autre son de cloche par rapport à l’article : il est à la fois creux et touffu ! Cher journaliste, où vas-tu ? que veux-tu ? En rappel, la société civile sénégalaise a aidé WADE a venir au pouvoir et a même flirté avec lui en cours de mandat. Elle a ensuite été déterminante dans sa chute.
      Juste pour faire comprendre aux forumistes et autres journalistes que nous devons aller au-delà de la démocratie électoraliste qui se raffolent pour le Sénégal et sa société civile ! Ouvrez l’oeil et l’esprit que nous devons chercher ensemble les voies originales de démocratie et de développement.

      repondre message

    • DEMOCRATIE EN AFRIQUE 9 mai 2012 18:50, par Tapsoba

      C est ça la vérité.Mais comme le disait A.Camus,"La vérité ,comme la lumière aveugle.Le mensonge,au contraire,est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur"

      repondre message

Copyright Les Editions Le Pays | SPIP