Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5587 du jeudi 17 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

AVIS ET ANNONCES
la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, lance pour le compte de ladite société, un avis a manifestation d’intérêt pour :

- Recrutement de trois consultants individuels pour l’actualisation des études
et le suivi-contrôle des travaux

PDF - 79.1 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études d’actualisation, d’adaptation, d’implantation d’infrastructures hydrauliques pastorales ;
du suivi-contrôle et de coordination des travaux dans les zones pastorales de Bagrépôle.

PDF - 91.3 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études techniques, le suivi, contrôle et la coordination des travaux de construction de trente villas économiques à Bagré au profit de Bagrépôle.

PDF - 85.6 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- D’autres annonces : cliquez ici


LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

En avoir plein les bottes : être fatigué d’avoir trop marché.

Ex. : Mesure la distance que nous avons parcourue ! J’en ai plein les bottes !

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

jeudi 17 avril 2014

GREVE DES ENSEIGNANTS

  Pour la satisfaction des points de revendication
Publié le dimanche 13 octobre 2013

Page visitée 134 fois

Les enseignants du primaire et du secondaire ont observé un arrêt de travail ce vendredi 4 octobre 2013 pour répondre au mot d’ordre de grève lancé par leurs syndicalistes. Rassemblés à la Bourse de travail de Bobo-Dioulasso, ils ont tenu à faire entendre leurs voix pour réclamer de meilleures conditions de travail et de vie.

Les organisations syndicales de l’éducation, FESEB, F-SYNTHER, SNEAB, SNEP, SNESS, SYNAPAGER, SPESS, SYNATEB, SYNTAS ont mobilisé leurs militants de Bobo à la Bourse du travail de ladite ville, le vendredi 4 octobre 2013. Ainsi, ils attendent du gouvernement la satisfaction de leur plateforme revendicative qui s’articule autour de onze points. Ce sont, entre autres, l’arrêt du processus du transfert du préscolaire et du post-primaire au MENA (ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation) en attendant de réunir les conditions nécessaires à sa mise en œuvre ; l’adoption d’un statut particulier pour le personnel de l’Education nationale ; l’institution d’une indemnité spéciale de logement pour le personnel de l’Education ; l’allocation des moyens conséquents aux encadreurs pédagogiques de tous les ordres d’enseignement pour l’exécution de leurs missions ; le respect des effectifs dans les classes en tenant compte des normes internationales ; l’octroi d’un trousseau pédagogique aux enseignants à chaque début de rentrée scolaire ; la prise en charge des maladies professionnelles et accidents de travail ; l’allocation d’au moins 30 % du budget national au secteur de l’Education ; etc.
Cette grève qui est intervenue à la veille de la journée de l’Enseignant célébrée le 5 octobre 2013, a débuté par une conférence publique qui se voulait une séance de réflexion. En effet, en dépit du caractère festif que peut revêtir une commémoration, il est plus que nécessaire de savoir qu’une fête offre l’opportunité de se faire une introspection , un examen de conscience, une opportunité de revoir ses conditions de vie en vue de les améliorer. En tout état de cause, cette grève, à la veille de la fête de l’Enseignant, doit interpeller tous les acteurs du système éducatif. Les classes ont été fermées au secondaire comme au primaire, et les élèves repartaient à la maison à la grande déception des parents. « A peine l’année a commencé que les grèves aussi ont repris », s’est lamentée une femme qui a voulu garder l’anonymat et qui venait de débourser 90 000 F CFA comme frais de scolarité. En tous les cas, il est opportun que les autorités et les syndicats conjuguent leurs efforts pour trouver le plus rapidement possible un terrain d’entente.

Emmanuel SOMBIE
(Correspondant)

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}
Copyright Les Editions Le Pays | SPIP