Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5589 du mardi 22 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

AVIS ET ANNONCES
la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, lance pour le compte de ladite société, un avis a manifestation d’intérêt pour :

- Recrutement de trois consultants individuels pour l’actualisation des études
et le suivi-contrôle des travaux

PDF - 79.1 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études d’actualisation, d’adaptation, d’implantation d’infrastructures hydrauliques pastorales ;
du suivi-contrôle et de coordination des travaux dans les zones pastorales de Bagrépôle.

PDF - 91.3 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études techniques, le suivi, contrôle et la coordination des travaux de construction de trente villas économiques à Bagré au profit de Bagrépôle.

PDF - 85.6 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- D’autres annonces : cliquez ici


LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

En avoir plein les bottes : être fatigué d’avoir trop marché.

Ex. : Mesure la distance que nous avons parcourue ! J’en ai plein les bottes !

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

mercredi 23 avril 2014

LEGISLATIVES EN ALGERIE

  Bouteflika joue serré
Publié le jeudi 10 mai 2012

Page visitée 92 fois

Les Algériens étaient hier, 10 mai 2012, aux urnes pour élire les 462 députés de la future Assemblée nationale. Plus de 21 millions de personnes étaient théoriquement concernées par ce scrutin. Le taux de participation était d’ailleurs une hantise pour le régime en place à tel point que le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, s’est impliqué personnellement pour éviter un remake de 2007, année des dernières législatives qui avaient été boycottées à plus de 64% par l’électorat. En effet, Boutef, comme on appelle affectueusement, n’a eu de cesse d’appeler les électeurs à se rendre massivement aux urnes. Comme pour rendre le scrutin plus attrayant et plus transparent, le pouvoir d’Alger a même autorisé la présence de 500 observateurs internationaux. Et pour la première fois depuis 15 ans, le principal parti d’opposition, le Front des forces sociales (FFS), participe à des législatives même si cela ne peut pas remettre fondamentalement en cause la suprématie du parti historique, le Front de libération national (FLN). En principe, tout cela devrait inciter tous ceux qui font la grève des urnes, à aller voter. Mais tous ces artifices seront-ils suffisants pour amener un changement d’attitude ? Combien sont-ils d’Algériens de l’intérieur comme de l’étranger, à manifester une désaffection pour la politique ? Malheureusement, la mayonnaise n’a pas pris. Au moment où cette édition était en train d’être bouclée, on a noté une très forte abstention.
Hormis cet aspect, on notera que ces législatives se sont déroulées dans un contexte post-printemps arabe. Une révolution qui a emporté des régimes en Tunisie, en Egypte et en Libye. Tirant rapidement des leçons de ce qui s’est passé dans les pays fortement ébranlés, en termes de réponses aux revendications populaires, les pouvoirs de Rabat et d’Alger ont su faire des concessions, en lâchant du lest sans, bien sûr, tout céder. Des réformes politiques ont été opérées pour répondre aux aspirations du peuple. Une manœuvre qui a réussi jusque-là à éviter les changements brutaux survenus ailleurs, à adoucir le printemps. En tout cas, cette anticipation a mis à l’abri ces pays des manifestations de rue généralisées et de longue durée, des remises en cause des régimes en place, de la défiance de l’autorité de l’Etat, etc. C’est ce qui permet à l’Algérie d’organiser des élections législatives pour renouveler le parlement. Il n’y a pas eu donc d’interruption du processus. Les autorités algériennes ne sont pas peu fières de montrer que leur pays a su s’adapter sans heurts au vent du changement qui soufflait violemment. Les législatives sont une occasion de montrer le visage de cette Algérie nouvelle. Pourvu seulement que la transparence soit aussi au rendez-vous de ce nouveau départ.

Séni DABO

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

1 Message

  • CORIS BANK DE DEDOUGOU : 11 janvier 2012 18:03, par Kôrô Yamyélé

    Il faut les fouetter correctement ! Ils aiment trop gagner sans effort !

    Il faut que des cas servent d’exemple pour que les burkinabè aient un peu peur désormais.

    Dans ce pays, il y a des gens qui sont même capables de vendre des cadavres ! Dans quel pays sommes-nous ?

    Par Kôrô Yamyélé

    repondre message

Copyright Les Editions Le Pays | SPIP