Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5591 du jeudi 24 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

- La Maison de l’Entreprise du Burkina Faso lance :

1) un avis de recrutement pour le recrutement d’une agence de communication chargée des actions de communications 2014 au profit de la MEBF.

PDF - 413.2 ko
Cliquez ici

2) Avis d’Appel d’offres pour l’acquisition de matériels informatiques, de matériel de réseaux et des onduleurs au profit de la MEBF.

PDF - 342.5 ko
Cliquez ici

AVIS ET ANNONCES
la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, lance pour le compte de ladite société, un avis a manifestation d’intérêt pour :

- Recrutement de trois consultants individuels pour l’actualisation des études
et le suivi-contrôle des travaux

PDF - 79.1 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études d’actualisation, d’adaptation, d’implantation d’infrastructures hydrauliques pastorales ;
du suivi-contrôle et de coordination des travaux dans les zones pastorales de Bagrépôle.

PDF - 91.3 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études techniques, le suivi, contrôle et la coordination des travaux de construction de trente villas économiques à Bagré au profit de Bagrépôle.

PDF - 85.6 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- D’autres annonces : cliquez ici


LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

Glisser comme l’eau sur les plumes d’un canard : ça n’a eu aucun effet psychologique.

Ex. : Je ne l’aimais plus. Ses mensonges m’ont donc glissé dessus comme de l’eau sur les plumes d’un carnard.

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

jeudi 24 avril 2014

PROCHE-ORIENT

  Les inconvénients de la démocratie
Publié le jeudi 6 décembre 2012

Page visitée 107 fois

Dans l’analyse qui suit Lassané Ouédraogo, économiste, décrypte la situation politique qui prévaut au Proche-Orient. Sa conclusion est sans appel : Israël ne veut pas la paix.

Dans tous les pays du monde, les avancées démocratiques sont célébrées. Cependant, force est de constater que le peuple palestinien ne bénéficie en rien de cette situation. En effet, quand les premières élections libres ont eu lieu dans les territoires occupés en 2006, la victoire démocratique du Hamas a plongé les Palestiniens dans une tourmente sans fin parce que selon Israël et certains pays occidentaux, le peuple palestinien avait fait le mauvais choix d’avoir élu des terroristes, ce qui donnait le droit à Israël d’accentuer son traitement inhumain à l’égard des Palestiniens : emprisonnements, exécutions sommaires, tortures, frappes aériennes ; sans compter le lot quotidien d’humiliations aux check-points, face aux militaires ou avec l’horreur de ce mur de l’apartheid et de la honte. Beau succès de la démocratie : être invité à voter librement et finir emprisonné à l’air libre. La démocratie peut-elle être à géométrie variable ? Israël a nié le processus démocratique en Palestine, tout simplement parce que le Hamas ne serait pas un interlocuteur crédible. Le prétendu processus de paix israélo-palestinien n’a jamais tenu ses promesses et pendant que le gouvernement israélien et les colons continuent leur lente colonisation, rendant pratiquement impossible l’idée de deux Etats et ce, malgré la reconnaissance de la Palestine comme Etat observateur non membre des Nations unies, le dialogue s’enlise et se meurt. Le président Barack Obama - curieux prix Nobel de la paix - n’a, au-delà de quelques discours de circonstances, rien fait ni pour la paix, ni pour les Palestiniens. Pour sauver son second mandat, il a livré les Palestiniens à leur sort. Gagner la présidence justifie bien de laisser tuer quelques Arabes en Palestine et somme toute en Syrie. En outre, l’utilisation de la force ces derniers jours contre les Palestiniens par I’armée d’Israël pourrait s’expliquer par l’imminence des élections « démocratiques » israéliennes. Des bombardements, des exécutions sommaires et la mort de centaine de civils. Tuer des Palestiniens déployer sa force de frappe militaire en alimentant le danger, sont une garantie de succès électoral pour le Premier ministre, Benyamin Netanyahu. Belles conséquences des votes démocratiques aux Etats-Unis et en Israël : laisser tuer ou tuer pour gagner.

« Propagande mensongère d’Israël »

Encore une fois, les Palestiniens pourraient devenir les victimes d’un usage national populiste de leur cause : au-delà des condamnations de principe de certaines puissances occidentales, malgré les manifestations des populations à travers le monde, les Palestiniens meurent toujours. Cette cause nécessite des Etats arabes autre chose qu’un soutien verbal : il est impératif de penser une coalition, une stratégie impliquant concrètement des Etats (du Moyen-Orient à l’Amérique du Sud, de l’Afrique du Sud à l’Asie), un vrai front de défense de la justice, des droits et de la dignité des Palestiniens. Une défense déterminée des opprimés contre leurs oppresseurs.
Les médias occidentaux, acquis à la cause israélienne dans leur grande majorité, affirment qu’Israël ne fait que réagir au lancement de roquettes par les Palestiniens. On serait donc dans un cas de légitime défense. Les médias reprennent la propagande mensongère du gouvernement israélien. Les Palestiniens seraient les agresseurs et choisissent étrangement ce moment de l’imminence des élections israéliennes pour attaquer : le moment précis où Netanyahu a besoin de cette guerre pour gagner les élections. Sombres et cyniques calculs.
Le monde arabe est déstabilisé et fragilisé. La guerre civile en Syrie (où la communauté internationale semble s’être mise d’accord pour ne pas être d’accord et laisser pourrir la situation), les tensions au Liban, le nucléaire iranien, l’instabilité en Tunisie, en Egypte, au Yémen, en Jordanie sont autant de facteurs qui empêchent - de même que les dictatures du passé - toute action concertée. Israël en tire profit et continue à réaliser son projet en cherchant à imposer sa politique du fait accompli, c’est-à-dire isoler Gaza, punir les résistants et implanter ses colonies sauvages jusqu’à rendre impossible toute solution de paix et par conséquent l’idée des deux Etats prônée par la communauté internationale. A mon sens, le gouvernement israélien ne veut pas la paix. Il gagne simplement du temps avec la complicité des USA qui pratiquent la politique de « l’aplat ventrisme » comme un chien devant son maître. Israël doit être exclu des Nations unies, c’est un Etat terroriste et voyou qui n’a pas sa place à l’Organisation des Nations unies.

A vous de juger.

Lassané OUEDRAOGO
Economiste / Administrateur des Hôpitaux
ouedlas2004@gmail.com

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}
Copyright Les Editions Le Pays | SPIP