Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5587 du jeudi 17 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

AVIS ET ANNONCES
la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, lance pour le compte de ladite société, un avis a manifestation d’intérêt pour :

- Recrutement de trois consultants individuels pour l’actualisation des études
et le suivi-contrôle des travaux

PDF - 79.1 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études d’actualisation, d’adaptation, d’implantation d’infrastructures hydrauliques pastorales ;
du suivi-contrôle et de coordination des travaux dans les zones pastorales de Bagrépôle.

PDF - 91.3 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études techniques, le suivi, contrôle et la coordination des travaux de construction de trente villas économiques à Bagré au profit de Bagrépôle.

PDF - 85.6 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- D’autres annonces : cliquez ici


LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

En avoir plein les bottes : être fatigué d’avoir trop marché.

Ex. : Mesure la distance que nous avons parcourue ! J’en ai plein les bottes !

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

dimanche 20 avril 2014

RELECTURE TERRITORIALE DE LA VILLE DE OUAGADOUGOU

  Le point de vue d’un citoyen
Publié le jeudi 11 août 2011

Page visitée 700 fois

Dans la lettre ci-dessous adressée au ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, l’auteur propose quelques solutions en vue d’éventuelles corrections qui, si elles ne sont pas faites, risquent d’engendrer des aspects difficilement acceptables.

Monsieur le ministre,
Dans le souci de créer les conditions harmonieuses de développement urbain durable pour les citoyens de la ville de Ouagadougou et de rapprocher l’administration des administrés, l’autorité compétente que vous êtes a pris l’initiative de proposer une relecture territoriale de la ville de Ouagadougou, en érigeant de nouveaux arrondissements. Votre initiative qui a fait l’objet de la loi n°066-2009/AN du 22 décembre 2009 portant découpage de communes urbaines à statuts particuliers au Burkina Faso est à saluer à plus d’un titre et à sa juste valeur. En effet, au regard du taux de croissance et des besoins grandissants des citoyens de la ville de Ouagadougou, la nécessité de rapprocher l’administration de l’administré en créant de nouveaux arrondissements s’est imposée d’elle-même. A ce sujet, je vous tire mon chapeau et vous en félicite. Toutefois, sauf erreur de ma part ou à moins que cela n’ait été une appréciation erronée de l’équipe qui a été commise à la tâche, l’application de ladite loi sur le terrain risque d’engendrer des aspects difficilement acceptables et applicables dans l’entendement des citoyens. Aussi voudrais-je par la présente attirer votre attention et par la même occasion apporter ma contribution dans le but d’éventuelles corrections. En effet, Monsieur le ministre, au regard de l’article 4 relatif à la délimitation de l’arrondissement n°3, il me semble que les sièges actuels des mairies de Boulmiougou et de Sig-Noghin se retrouvent sur le territoire dudit arrondissement.
En rappel, les limites de cet arrondissement sont les suivantes :
- limite Nord : une portion de la bande verte ;
A ce que je sache, cette limite commence à partir du Grand séminaire de Kossoghin et côtoie la partie Nord de la cité Azimo en direction du village de Bissighin.
- limites Sud : l’avenue Boulmiougou et la route nationale n°1
- limites Est : le boulevard Tansoba Bugum et le boulevard Tansoba Wam godi (c’est la voie qui commence à partir de l’échangeur de l’Ouest, côtoie le jardin de l’unité et le camp Général Sangoulé Lamizana jusqu’aux feux tricolores du marché de Baskuy).
- limite ouest : la bande verte séparant le nouveau lotissement de Zongo et Zagtouli. En ce qui concerne cet arrondissement quel que soit le siège qui sera retenu parmi les deux, objet de ma présente lettre ouverte, il se posera toujours pour certains citoyens y résidant, le problème de l’éloignement selon leur lieu de résidence. Aussi, la question du rapprochement de l’administration de l’administré dont vous avez bien voulu rechercher la solution à travers ce nouveau découpage demeurera toujours dans le contexte de l’arrondissement n° 3. Dans le même ordre d’idée, l’une des insuffisances que j’ai constatées est le fait que les anciens secteurs 20, 21, 22 aient été regroupés en deux secteurs, ce qui, du reste, est incompréhensible d’autant plus que la mission principale d’une municipalité est de satisfaire de façon efficiente et efficace les besoins des citoyens.
Vous conviendrez avec moi, à moins que cela n’ait été fait à dessein que ce n’était point un des objectifs recherchés par le redécoupage de la ville de Ouagadougou. Cela est surprenant et m’amène à me convaincre qu’à un certain niveau, les propositions qui ont été faites par les populations des zones concernées lors des rencontres avec les équipes de terrain ont été purement et simplement mises de côté pour des raisons qui ne s’expliquent pas. Ayant participé aux dites rencontres, je me souviens qu’il a été demandé à l’équipe qui était chargée de rencontrer les populations, de tenir compte d’un certain nombre de paramètres urbains non négociables.
En tout état de cause, sans vraiment savoir la raison pour laquelle les deux sièges ci-dessus évoqués se retrouvent sur le même territoire d’arrondissement, vous conviendrez une fois de plus avec moi que sur le plan des ressources de l’Etat, un tel état de fait n’est ni plus ni moins qu’une charge financière de plus sur notre budget national. A mois qu’un des sièges ne soit destiné à d’autres fins ; quelle explication peut-on donner pour convaincre le citoyen lambda ?
S’il n’ y a aucune explication convaincante, il y a lieu de mon point de vue que vous cherchiez à situer les responsabilités car au-delà de votre personne et de l’exécutif dans lequel vous êtes, c’est toute la représentation nationale qui a été induite en erreur, certainement pour des raisons inavouées propres à certains individus planqués. Il se peut, qu’en cherchant à comprendre, ces individus qui continuent à travailler pour que l’agonie de la morale se poursuive dans notre pays soient démasqués.
Dans l’espoir que vous ne prendriez pas en mal, ma présente lettre, car il s’agit de façon désintéressée d’apporter ma contribution. Je vous prie d’agréer Monsieur le ministre, l’expression de ma distinguée considération.

SANON Matthieu
76 42 40 27

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}
Copyright Les Editions Le Pays | SPIP