Logo
Espace eau
Espace environnement

Le Pays N°5591 du jeudi 24 avril 2014
Rejoignez-nous sur
23ème année
Archives
Flux
Espace pub

- La Maison de l’Entreprise du Burkina Faso lance :

1) un avis de recrutement pour le recrutement d’une agence de communication chargée des actions de communications 2014 au profit de la MEBF.

PDF - 413.2 ko
Cliquez ici

2) Avis d’Appel d’offres pour l’acquisition de matériels informatiques, de matériel de réseaux et des onduleurs au profit de la MEBF.

PDF - 342.5 ko
Cliquez ici

AVIS ET ANNONCES
la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso, lance pour le compte de ladite société, un avis a manifestation d’intérêt pour :

- Recrutement de trois consultants individuels pour l’actualisation des études
et le suivi-contrôle des travaux

PDF - 79.1 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études d’actualisation, d’adaptation, d’implantation d’infrastructures hydrauliques pastorales ;
du suivi-contrôle et de coordination des travaux dans les zones pastorales de Bagrépôle.

PDF - 91.3 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- Recrutement d’un consultant (cabinet) pour la réalisation des études techniques, le suivi, contrôle et la coordination des travaux de construction de trente villas économiques à Bagré au profit de Bagrépôle.

PDF - 85.6 ko
Cliquez ici pour télécharger l’avis

- D’autres annonces : cliquez ici


LE GROUPE DE PRESSE

Nous écrivons depuis plus de 20 ans. Maintenant, nous parlons et nous écrivons.
Grâce à  radio « Wend-panga » basée à Ouahigouya, émettant sur 92.3 FM 

Les Editions Le Pays, le premier groupe de presse privée au Burkina


Interdit de sourire

Derrière l’expression française

Glisser comme l’eau sur les plumes d’un canard : ça n’a eu aucun effet psychologique.

Ex. : Je ne l’aimais plus. Ses mensonges m’ont donc glissé dessus comme de l’eau sur les plumes d’un carnard.

Citation
Numéros utiles
Bobo Dioulasso

Sapeurs-pompiers:
18
Ambulance:
20970044 / 45

Police:
17
Gendarmerie:
20970059
20970033

SONABEL:
20970060
20982230

ONEA:
20976565
20970009 / 10

ONATEL:
20495346



NOTRE EQUIPE

- FONDATEUR

Boureima Jérémie SIGUE
fondateur@lepays.bf

- DIRECTEUR DE PUBLICATION /DIRECTEUR GENERAL

Beldh’or Cheick SIGUE
dg@lepays.bf

- REDACTEUR EN CHEF

Boundi OUOBA
Tél : 00226 71 72 35 56

- REDACTEUR EN CHEF ADJOINT

Dabadi ZOUMBARA

- REDACTEUR EN CHEF DÉLÉGUÉ CHARGE DES REPORTAGES

Ben Issa TRAORE

- SECRETAIRE GENERAL DE LA REDACTION

Ben Issa TRAORE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DES PROVINCES

Colette DRABO

REDACTEUR EN CHEF DLEGUE CHARGE DE ACTU BURKINA

Yannick SANKARA

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE VOTRE SANTE

Françoise DEMBELE

- REDACTEUR EN CHEF DELEGUE CHARGE DE EVASION

Christine SAWADOGO

- CHEF DE DESK SPORT

Antoine BATIONO

- REDACTEUR E EN CHEF DELEGUE CHARGE DE L’INTERNET

Seydou TRAORE

- EQUIPE DE REDACTION

Alexandre Le Grand ROUAMBA

Antoine BATTIONO

Christine SAWADOGO

Ahmed NABALMA

Dabadi ZOUMBARA

Yannik SANKARA

Boundi OUOBA

Seydou TRAORE

Ben Issa TRAORE

Josias Zounzaola DABIRE

Boureima DEMBELE

Françoise DEMBELE

Colette DRABO

Cathérine PILABRE

- CREDIT PHOTOS

Aristide OUEDRAOGO

Etienne KAFANDO

Moussa Nagabila

- MAQUETTE, PHOTOCOMPOSITION

Adama SAWADOGO

Delphine TIENDREBEOGO

Haoua SAWADOGO

- DIRECTEUR COMMERCIAL ET DE L’IMPRIMERIE

Daniel OUEDRAOGO

Evasion
Votre sante

La une en image


Sondage


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail :
ed.lepays@lepays.bf
webmaster@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

Météo

Numéros utiles

Ouagadougou

Sapeurs-pompiers:
18 / 50306948 / 50306947

Ambulance:
50306644 / 45

Police:
50306383 / 50307100

Gendarmerie:
50313340 / 39
80001154

SONABEL:
50306100

ONEA:
222276/77
50343460

ONATEL:
50334001

mercredi 23 avril 2014

RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS

  Vie chère et libertés syndicales au menu
Publié le mardi 18 décembre 2012

Page visitée 2069 fois

La rencontre annuelle entre le gouvernement et les syndicats a démarré le 18 décembre dans la salle du dialogue social du ministère de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, qui a félicité la tenue régulière de ce cadre d’échanges et la volonté des parties à en faire un instrument de véritable dialogue au service de tous les Burkinabè. Il a émis le vœu qu’en 2013, chacun puisse voir ses conditions de vie améliorées.

C’est parti pour un nouveau round de négociations entre le gouvernement et les représentants des syndicats autonomes et de centrales syndicales. Après la cérémonie d’ouverture où chaque partie a présenté ses intentions, les partenaires sociaux se sont enfermés dans la salle de réunion pour examiner, entre autres, la plateforme minimale des syndicats déposée à l’occasion du 1er mai dernier, lors de la remise du cahier des doléances.
Cette plateforme minimale comporte 14 points dont le relèvement des salaires et pensions des agents du public, parapublic et du privé au taux de 30 % pour compter de janvier 2009, le règlement définitif des dossiers sociaux résiduels, objet de recommandations pertinentes du comité paritaire gouvernement/syndicat, la suppression des impôts et taxes injustes qui frappent les couches populaires (IUTS, taxe de résidence, TVA sur les prêts bancaires, la levée et l’arrêt des sanctions arbitraires contre les délégués du personnel, les responsables et militants syndicaux du SATB, du SYNAJ, du SG du SYNTAS, du SYNTSHA, à la SOSUCO et dans le secteur minier….
Le président du mois des centrales syndicales a, au nom de ses camarades, salué la présence effective du Premier ministre à la cérémonie d’ouverture. Pour lui, c’est un signe de l’intérêt du gouvernement aux préoccupations des travailleurs. Sur les négociations antérieures, les syndicats se sont réjouis du « bon niveau d’exécution des engagements pris par le gouvernement l’année dernière ».

Discuter et trouver des solutions consensuelles

Les syndicats ont déclaré espérer que des réponses à leurs préoccupations contenues dans le cahier de doléances apporteront des solutions à leurs revendications. Ils attendent le gouvernement sur les préoccupations relatives à la vie chère, à la relecture de la grille indemnitaire des agents publics, aux atteintes aux différentes libertés.
Le Premier ministre, dans son allocution d’ouverture, des travaux, a également salué la tenue régulière de ce cadre d’échange et l’attachement des acteurs au dialogue et à la stabilité sociale. Ce cadre permet de discuter et de trouver des solutions consensuelles. Il a salué les négociations qui ont abouti à la finalisation des conventions collectives dans le secteur des transports et de la micro- finance tout en s’inquiétant de la persistance des conflits sociaux dans les mines et les boulangeries ainsi que de la situation à telmob. Le gouvernement demande aux parties de privilégier la voie du consensus.
Revenant sur la doléance concernant la grille indemnitaire, le Premier ministre a précisé que le gouvernement est pour une approche globale et non sectorielle. Il a souhaité que les discussions soient empreintes de réalisme.

Abdoulaye TAO

Répondre à cet article

......................................................
| |
{#TITRE,#URL_ARTICLE,#INTRODUCTION}

19 Messages

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 03:14, par lupin

    A notre avis, les syndicats feraient mieux de discuter de la révision du code du travail qui de part ses dispositions maintient les travailleurs dans la servilité.
    Se séparer d’un travailleur sans aucun motif est devenu chose banal,l’emploeur n’encourt que 18 mois de dommages à ne payer qu’après avoir épuis toutes les voies de recours juridictionnels

    repondre message

    • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 10:09, par Bili-Bili

      Les syndicats même sont complices de la situation actuelle des travailleurs.Je me demande ce quils se disent quand ils rencontrent les representants du gouvernement.Les premeier ministre ferait mieux de chercher à discuter directement avec "les vrais travilleurs" pour connaitre les conditions réelles de vie de ceux-ci.Sinon cette balade de nos syndicats avec le gouvernement ne va rien apporter aux travailleurs,et un jour le gouvernement sera surpris .Chaque années ce sont les mêmes points qui sont sur la table,et on prend des mesurettes pour nous blaguer.ET LE president du mois des centales syndicales ose dire que les points sont satisfaits à plus de 80% ; si une augmentation de 5% de salaire donne 80% de satisfaction...haa là !!

      repondre message

    • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 10:21, par Bili-Bili

      Moi je ne compte pas sur ces syndicats.C’est Dieu seul qui poura nous sauver dans ce pays.Ils ne peuvent rien contre ces gouvernants. Tant de milliards debloquer pour les elections, seulement on veut devenir deputé.Mais quand il sagit de revoir les conditions de vie de travailleurs,ça cri que ya pas l’argent au pays.Mais ôu vous trouver ces millions pour battre campagne ? ..en tout cas pas sur vos salaires à ce que je sache.

      repondre message

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 09:56, par Albelo

    A mon sens, les luttes sont devenus plutot sectorielles , c’est à dire que chaque corps lutte dans son ministère et en fonction des moyens de lutte qu’il dispose, il vera les choses changer. En guise d’exemple,les militaires ont tiré et ont vu leur conditions améliorées, les policiers qui ont eu leur statut, ect..... Donc, à quoi sert la rencontre GOUVERNEMENT/SYNDICATS ? Chaque syndicat pour soit, Dieu pour tous.

    repondre message

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 10:23

    Je crois qu’il faut sérieusement envisager la revision de la grille salariale. Les avancements ne sont quasiment plus perceptibles sur le salaire au regard du coût de la vie. Lorsqu’il faut progresser tous les deux ans à coût de 3000 à 4000 Fcfa, c’est pas très motivant. Aussi le grande initial qui comporte 15 échelons est une vraie traversée du désert !
    Enfin, il faut envisager accompagner certains fonctionnaires vers la sortie pour favoriser l’absorption de plus de jeunes et résorber le chômage. Pour certains secteurs comme le développement rural (Agriculture, Elevage, Foresterie), l’installation d’un agent qui a 25 ans de carrière constituera un puissant moyen de vulgarisation et d’amélioration de la croissance dans un contexte où on aspire à l’émergence économique

    repondre message

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 10:55, par DAO

    Les syndicats ont déclaré espérer que des réponses à leurs préoccupations contenues dans le cahier de doléances apporteront des solutions à leurs revendications.

    Oh, vous rêvez chers responsables syndicaux. Pourquoi vous croyez toujours à la bonne foi de ces gens ? Vous croyez qu’ils vous considèrent ?

    Tant qu’on se contentera de la routine marche-meeting à la bourse du travail, votre cahier de doléances va vieillir ici. Vous voyez l’âne a besoin qu’on le tape pour qu’il avance. Ce gouvernement tant que y a pas violence il ne réagit pas.

    C’est une rencontre de plus. Vous perdez votre temps.Vous allez rencontrer LAT il va faire du bavardage et après c’est fini. L’année prochaine encore on vous rencontre et on fait des discours après zéro.

    repondre message

    • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 12:54, par Bili-Bili

      M.DAO, tu as tout dit. Ces gouvernants n’entendent que le coup de fusils. La balle de la "kalach" elle ne connait pas dèh !Tu es Ministre hoo..TU es Conseiller Special hoo..Tu es DG hoo, quand elle t’ateind c’est fini pour toi.Voilà pourquoi l’homme en arme est bien ecouté dans ce pays.

      repondre message

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 11:19, par Bienvenu NEBA.

    Les syndicats doivent aussi lutter pour que soit mis fin à cette loi cynique et inique qui consacre la contractualisation de certaines catégories d’emploi dans la fonction publique. A la limite, cette loi est anticonstitutionnelle du moment que les fonctionnaires de l’État ne sont pas égaux alors qu’en cas de péril national tous citoyen en âge de porter les armes est mobilisable. Et puis, cette contractualisation imposée par les institutions de Breton Wood coûte cher à l’État : les contractuels sont mieux payés que les titulaires.

    repondre message

    • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 13:36, par LE FINANCIER

      la revue de la grille indemnitaire serait la bienvenue car c’est une ancienne grille qui est là depuis la nuit des temps.Le MEF qui a été DG du trésor et qui lutte tous les jours pour améliorer les finances publiques ne peut pas dire le contraire.Si nous prenons l’indemnité de caisse servie aux agents de certains ministères on se rend compte que c’est des miettes par rapport à ce qu’ils manipulent comme fonds.Ce qui fait que pour avoir un caissier dans certaines direction il faut se lever de bonne heure.Que tous se passent bien entre syndicats et gouvernement.

      repondre message

    • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 13:39

      Rencontre pour des promesses encore. Et nos syndicats vont se gorger de nouveau de promesses alléchantes. Et l’an prochain on reconduira le même scenario.

      Nous les travailleurs, on va délaisser les syndicats et ce sera un tsunami qui s’érigera à leur place. Alors, ça cassera ou ça marchera. J’ai bon espoir que ça marchera. Nous sommes au point où il faudra se poser sérieusement la question à savoir si les syndicats n’ont pas troqué notre apathie contre quelques subsides !!

      repondre message

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 13:19, par Zéro

    ça commence à faire folklore, ces rencontres (sans grand intérêt) gouvernement-syndicats.

    Les syndicats gagneraient à ne pas se disperser en proposant une kyrielle de points de revendication(je comprends que c’est pour intéresser un grand nombre de syndicats et faire bloc et donner également le choix au gouvernement). Il faut aller par étape. Un point comme les libertés syndicales me semble subsidiaire face par exemple à la question du pouvoir d’achat des travailleurs . S’il ya des syndicats qui ont des points spécifiques(ONATEL, Boulangeries...etc)il faut les traiter dans un autre cadre. Cela permettra de clarifier le débat et un bilan de ces rencontres peut être tirer. Autrement si c’est juste pour faire des palabres et rigoler je ne vois pas l’interet

    repondre message

    • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 16:36, par alain

      Concrètement je propose 300 000 FCFA pour un cadre A débutant ?250 000 FCFA pour un cadre moyen et 200 000 Fcfa pour un agent du cycle C.
      je suis certain que le Burkina atteindra l’emergence si ces mesures sont effectives dès 2013.

      repondre message

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 13:26, par Kanzim

    Le gouvernement joue à l’équilibriste avec les travailleurs e leurs organisations. Il évalue la dangerosité des revendications des différentes composantes du monde du travail, pour lâcher du lest à celui qui crée le problème le plus dur et le plus immédiat, en attendant de voir le cas des autres. C’est ainsi que les militaires ont eu gain de cause, rapidement et par concert de balles interposé. C’est pourquoi certaines luttes relèvent de la condescendance, de relations qui apparaissent souvent suspicieuses, de complicité contre le travailleur. En même temps, le gouvernement tente de ménager en sa faveur la chèvre et le chou, autrement dit les employeurs et les travailleurs, les premiers étant une source très importante de financement d’activités politiques. Le chou peut être brouté tant qu’il restera ainsi passif, pourvu que la chèvre s’en repaisse et qu’elle donne du bon lait et de beaux petits. Enfin, souvenons-nous de cette fierté affichée de montrer comment le Burkina se fait bien classer par le fameux "doing business", sous Tertius Zongo surtout. Les critères de bon classement sont entre autres la facilité de licencier les travailleurs, de les exploiter sur le plan salarial, sur la base d’une législation du travail laxiste, anti-travailleur, profitable à l’axe de l’exploitation dont les principaux acteurs sont des employeurs temporels comme les sociétés minières, de chefs d’entreprises par confiage comme c’est le cas des "boîtes" crées par l’establishment militaro-bureaucratique des pays pauvres autour de nous, agissant surtout dans l’alimentaire, le BTP et autres secteurs vitaux et juteux. C’est pourquoi je suis d’accord avec l’internaute Lupin, qu’il faut s’attaquer plus aux causes des maux qu’à leurs effets. Dans ce cadre, les différents codes, miniers comme celui du travail, l’adhésion à des instances antipopulaires et anti travailleurs comme le "doing business", devraient plus inspirer les syndicats que les manifestations de foule.

    repondre message

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 13:28, par Kôrô Yamyélé

    - Me BENEWENDÉ ne sera plus ’’Chef de Ficelle’’. Il devra donc désormais s’impliquer dans le syndicalisme pour défendre les gens contre la vie chère.

    Ainsi en tant qu’avocat, il nous sera plus utile que ’’Chef de Ficelle’’.

    Par Kôrô Yamyélé

    repondre message

  • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 13:46, par Max

    Approche globale et non sectorielle, ça veut dire quoi ? Plus d’un an et demi après, on nous sert le même discours alors que rien n’a bougé. Mr le PM, votre approche globale prendra effet à quelle date ? On veut un agenda clair et précis !

    repondre message

    • RENCONTRE GOUVERNEMENT / SYNDICATS 19 décembre 2012 17:35, par le véridique

      Chers foromistes, ce que vous dites est vrai, mais salouns tout de même cette rencontre car elle permettra une fois de plus, de mettre à l’épreuve la bonne foi du gouvernement LAT. On verra si les propositions qui sortirons de cette rencontre seront mises en oeuvre ou pas. Et comme ça, les syndicats qui refusaient de lutter veront clairement que seule la lutte paie. Comme Lat aime s’engager, je cois que cette rencontre nous permettra de le prendre au mot

      repondre message

Copyright Les Editions Le Pays | SPIP