Le pays
Les Editions Le Pays, l'information juste et indépendante
mercredi 23 avril 2014
ACCUEIL| Le Pays |Evasion | Insertions de Pub | Abonnements |Admin |


Administration & Rédaction Cité 1200 logements
(face au CIJEF et à l'ISIG)

Tél : (226) 50 36 20 46 /
50 36 17 30
Fax : (226) 50 36 03 78
E-mail : ed.lepays@lepays.bf
01 BP 4577
Ouagadougou 01
Burkina Faso

Représentation Bobo
Tél. : (226) 20 98 00 95

Représentation Ouahigouya
Tél.: (226) 40 55 41 60

Représentation Koudougou
Tél.: (226) 50 44 13 41


Notre siège
VOTRE SANTE N°205 de juillet 2013

7 QUESTIONS SUR LA PREMENOPAUSE

Baisse de la fertilité, règles irrégulières, bouffées de chaleur... Ce sont peut-être les signes avant-coureurs de la ménopause. Les explications de nos spécialistes, et leurs conseils pour bien vivre cette turbulence hormonale.

La ménopause ne s’installe pas du jour au lendemain : on ne passe pas subitement de cycles réguliers à l’arrêt des règles. Il existe entre les deux une période de tran¬sition : la prémenopause (ou perimeno¬pause dans le jargon médical), qui débute habituellement entre 45 et 50 ans et qui dure en moyenne trois à quatre ans. Nos réponses et nos conseils pour passer en douceur cette phase de grande turbulence hormonale.

1. J’ai 47 ans. Mes cycles sont anarchiques... Suis-je en période de préménopause ?

C’est vraisemblable. "La préménopause est définie par l’apparition à plusieurs reprises d’irrégularité des cycles, accom¬pagnée ou non d’autres troubles. C’est l’anarchie hormonale qui prédomine : des cycles de quatre-vingt-dix jours peu¬vent succéder à des cycles de trois semaines ; des cycles abondants à des cycles peu abondants ", dit le Dr Alain Tamborini, gynécologue, auteur du Gynecoguide. La préménopause évolue en deux temps : le corps fait d’abord face à une chute de la progestérone et à une hyper-impregnation en œstrogè¬nes, ce qui peut créer une sorte de syndrome prémenstruel permanent avec rétention d’eau (oedème), prise de poids, seins tendus, maux de tête, et troubles de l’humeur (irritabilité, agressivité...). Dans un second temps, quelques mois ou quelques années plus tard, c’est la carence en œstrogènes qui prédomine avec bouffées de chaleur, fatigue, coup de blues et sécheresse vaginale avant l’arrivée de la ménopause.

2. Puis-je faire des examens pour confirmer ma préménopause ?

Non, les dosages hormonaux ont peu d’intérêt, car les taux d’hormones varient beau¬coup. Le gynécologue préférera s’appuyer sur les symptômes cliniques qu’il constate et sur ceux que vous ressentez.

3. Je prends la pilule contraceptive, comment savoir si je suis ménopausée ?

Comme la pilule contraceptive crée des règles artificielles, il est en effet difficile de savoir quand on est ménopausée. C’est pourquoi, à l’approche de la cinquantaine, le médecin propose d’arrêter la pilule pour voir si les cycles reviennent spontanément ou non, et si des troubles de méno¬pause, comme les bouffées de chaleur, surviennent.

4. Le fibrome qui a été diagnostiqué dans mon utérus peut-il être lié à ma préménopause ?

Oui, le dérèglement hormonal induit par la préménopause favorise le développement de cette masse dans l’uté¬rus : 30% des femmes après 40 ans en sont porteuses. Dans la grande majo¬rité des cas, le fibrome est asymptotique : il ne demande ni traitement ni intervention chirurgicale. Après la mé¬nopause, il régresse spontanément en quelques mois à quelques années : on dit qu’il s’assèche.

5. Faut-il traiter une préménopause ?

Non, si on supporte bien ses manifesta¬tions. Oui, si on souhaite combattre les effets du syndrome prémenstruel per¬manent (tension des seins, rétention d’eau, irritabilité, boutons, etc.). "Un progestatif est alors prescrit pendant 10, 15 ou 21 jours par mois. Puis, quand la ca¬rence oestrogénique se fait ressentir (bouffées de chaleur, sécheresse vaginale...), le médecin peut ajouter de petites doses d’oestrogènes à posologie modérée les dix derniers jours du cycle en plus du progestatif afin d’assurer une transition douce vers la ménopausée, explique le Dr Tamborini.

6. J’ai 46 ans, ai-je intérêt à prendre encore une contraception ?

Au-delà d’atténuer les inconvénients physiques et psychologiques liés à la préménopause, la contraception orale permet d’éviter une grossesse non désirée : même si la fertilité baisse après 40 ans et chute après 45 ans, le risque de grossesse persiste. C’est pour¬quoi, à la préménopause, nombre de femmes poursuivent la méthode contra¬ceptive qu’elles utilisaient auparavant, qu’il s’agisse de la pilule contraceptive de préférence minidosée (si on ne fume pas et que l’on ne souffre pas d’hypertension), du stérilet, des pré¬servatifs masculins ou encore des spermicides.

7. Est-il possible de retarder la ménopause ?

Non. "L’âge de la ménopause - en moyenne 51 ans - est influencé par la génétique. Rien ne pourra le modifier. Seul un tabagisme important peut l’avan¬cer d’une à deux années", souligne le Dr Tamborini.

TEMOIGNAGES

"Je me sens gonflée"

Sylvie, 48 ans "Je suis préménopausée depuis un an. Certes, mes menstruations sont plus épisodiques, mais elles sont beaucoup plus pénibles à vivre : je ressens fortement l’ovulation et les maux de ventre au moment des règles sont intenses. Je me sens gonflée et ballonnée. J’ai été très surprise de l’intensité des troubles. Je ne savais pas que cette phase pouvait être aussi inconfortable. Avant d’être préménopausée, je pensais que je serais ravie. Mais, bizarrement, maintenant que la ménopause se profile, cela me renvoie l’idée difficile à accepter que je ne suis plus une jeune femme ! "

"Un rien m’énervait"

Elisabeth, 62 ans "Ma pré ménopause a été très courte : un an et demi seulement. J’ai ressenti très peu de signes. Le plus désagréable a été sans nul doute les bouffées de chaleur et des sueurs du visage peu esthétiques. Niveau caractère, j’étais plus vite contrariée. Un rien m’énervait. Par ailleurs, il m’a fallu accepter que ma silhouette change : tout aliment me profitait ! J’ai pris une dizaine de kilos sans m’en rendre compte. Heureusement, sans rien changer, je suis revenue à mon poids normal deux à trois ans après la fin de ma ménopause."

 

17e année



Météo
C©pyright Les Editions le Pays 2008